Astrée



(A) Mythologie grecque.



(a) Astrée est une "Vierge Etoile", fille de Zeus et de Thémis (déesse de la justice). Autre personnage, le Titan Astrée serait le père des Vents.


(b) Astrée vivait sur Terre, parmi les hommes, aux temps de l'Age d'or. Elle était la bienfaitrice des hommes.


(c) Avec les âges de bronze ou d'airain et de fer, Astrée s'est retirée dans la constellation de la Vierge. Peut-être reviendra-t-elle distribuer ses bienfaits si les hommes apprennent enfin à vivre en paix. Cela ne saurait tarder : "Astrée revient !"


(d) Référence :


- <<Si de pareils êtres ne faisaient peser une tyrannie cruelle sur la personne humaine que la loi contraint à tout supporter de leur part, la société serait déjà devenue un paradis. Il ne serait plus besoin de lois pour mettre un frein aux penchants vicieux des hommes. Non seulement Astrée serait revenue sur la terre, mais le cœur du pire des hommes serait son temple. La loi de la servitude dans le mariage est une contradiction monstrueuse de tous les principes du monde moderne, et de toute l'expérience qui a servi au monde moderne à les élaborer. (John Stuart Mill, "De l'assujettissement des femmes", chapitre IV, traduction Émile Cazelles, 1831-1907)>>.


(e) Voir Arcadie. Ovide.



(B) Littérature pré-classique.



(a) Personnage éponyme de "L'Astrée", le roman pastoral d'Honoré d'Urfé.


(b) La bergère Astrée est le grand amour du berger Céladon. Le "village d'Astrée", chez son oncle Phocion, n'est autre que la Bastie d'Urfé. Honoré d'Urfé s'inspire des jardins de la Bâtie quand il décrit la promenade matinale d'Alexis (en fait Céladon déguisé) dans le jardin de Phocion


- <<Elle entra dans ce grand jardin duquel un petit bras de la rivière de Lignon va baignant les quatre côtés, et ayant jeté les yeux sur la fontaine qui paraît dans le milieu, et considérant la déesse Cérès qui s'élève sur le haut de la voûte soutenue sur de grandes colonnes qui les unes rondes, et les autres carrées, font comme une couronne à l'entour du bassin qui reçoit cette belle source… Et lors, sortant de cette fontaine, elle entra dans un petit bois de coudres, où les divers détours des chemins entrelacés faisaient fourvoyer l'œil aussi bien que les pas de ceux qui s'y allaient promener. ("L'Astrée", édition Vaganay, pages 552-553)>>.


(c) Hélas, Alcé et Hippolyte, les parents d'Astrée, sont fâchés avec Alcippe et Amarillis, les parents de Céladon. Pour cette raison et pour d'autres, qui tiennent aux marivaudages et aux stratégies de l'amour spectacle, l'amour d'Astrée reste dissimulé.


- <<Et lors chacun se mit sur les regrets et sur les louanges du pauvre berger, et n'en y eut un seul qui n'en racontât quelque vertueuse action ; elle sans plus, qui le ressentait davantage, était contrainte de demeurer muette, et de le montrer le moins, sachant bien que la souveraine prudence en amour est de tenir son affection cachée, ou pour le moins de n'en faire jamais rien paraître inutilement. (Honoré d'Urfé, "L'Astrée", édition de poche, Folio classique, Gallimard, 1984, page 53)>>.


(d) La découverte du temple d'Astrée fera comprendre à la bergère que sa jalousie, inspirée par les mensonges de Sémyre, était une erreur.


- <<Astrée, étant retirée à part, lisait et considérait ces vers, et plus elle regardait l'écriture, et plus il lui semblait que c'était de celle de Céladon ; de sorte qu'après un long combat en elle-même, il lui fut impossible de retenir ses larmes, et pour les cacher elle fut contrainte de tourner le visage vers l'autre autel. ("L'Astrée", Honoré d'Urfé, page 144)>>.


(e) Phillis conclut que Céladon est toujours vivant. Mais Astrée pense qu'il est mort et que, faute de sépulture et d'obole, son âme continue à errer dans les bois. La découverte de la fidélité de Céladon et l'idée de sa mort arrachent enfin un aveu de son amour à Astrée. Mais, comme Silvie pour Ligdamon, Astrée ne commence à admettre publiquement son amour pour Céladon que parce qu'elle le croit mort.


- <<Ces larmes que je ne puis cacher rendent témoignage que Céladon m'a aimée, puisque sa mémoire me les arrache par force ; mais ces écrits qui sont sur ces gazons témoignent aussi qu'Astrée a plutôt fait faute contre l'amour que contre le devoir. Cela est cause que je ne fais point de difficulté de l'avouer pour lui rendre au moins cette satisfaction après sa mort que mon honnêteté n'a jamais permis qu'il eût reçue durant sa vie. ("L'Astrée", Honoré d'Urfé, page 150)>>.


(f) Inspiration. Honoré d'Urfé ne peut pas ignorer les "Sonnets pour Astrée" (1578) de Pierre de Ronsard (1524-1585).


(g) Voir Adamas. Amasis. Combes. Fontaine de vérité d'amour. Forez de L'Astrée. Génération de L'Astrée. Hilas. Léonide. Polémas. Silvandre.




* * *


Auteur.

Hubert Houdoy

Mis en ligne le Lundi 14 Juillet 2008.



Explorer les sites.

Réseau d'Activités à Distance

A partir d'un mot

Le Forez

Roche-en-Forez



Consulter les blogs.

Connaître le monde

Géologie politique


Nota Bene.

Les mots en gras sont tous définis dans le cédérom encyclopédique.